17553572_1246003455512184_1218831157767267008_n.jpg

EN Photographer born in Israel in 1997 and based between Marseille and Rotterdam. After studying for a BA (Hons) in Arts and Humanities at the Open University (UK), Julia is now studying Photography at the Willem de Kooning Academy (NL). Her work won 1st Prize of Festival Portraits de Vichy in 2016 and has been shown in New York and Europe in various spaces, including the Maison Européenne de la Photographie in Paris in 2017. Her portraits question themes such as childhood, adolescence and the transition in between, going beyond documentary into a dream-like universe.

FR Julia Gat (née en 1997 en Israël) est une photographe-vidéaste basée entre Marseille et Rotterdam. Après avoir suivi une scolarisation à la maison, Julia a étudié les Arts et Sciences Humaines à l’Open University (UK), avant d’intégrer l’académie Willem de Kooning (NL). Son travail photographique a remporté le 1er Prix du Festival Portrait(s) de Vichy en 2016 et fut sélectionné pour les Coups de Coeurs de Sylvie Hugues à la MEP, Paris en 2017. Il fut exposé en Europe et à New York, et publié dans PHOTO Magazine, Fisheye Magazine, iGNANT, L’Oeil de la Photographie et l’Insensé Photo, entre autres. Julia est également commissaire du projet Family Business, présentant des photographes tels qu’Alain Laboile, Carolle Benitah, Julien Magre et Théo Gosselin en France et à New York en 2016.

Contact juliagatphotography@gmail.com

 
 

"For souls nobly born, valor doesn't await the passing of years! Only 20 years old, Julia Gat is one of the discoveries of Photo Talent Academy. She was selected for the contest out of numerous applicants on the Huawei Photo Academy website. Her documentary style, associated with her interest in art and fashion, makes her photography a tasty and new mix of genres. First of all, it is her intimiste style that attracts the eye, since it is her family, especially her sister Sara, who are her first models. Daughter of a choreographer, she does not hesitate to use her familiarity with staging as well as body movement. We then discover a particular way to observe and photograph fashion, in search of humanity rather than style. Julia was never formatted, since she was unschooled. That is perhaps where her provocative freedom and the audacity of the compositions of her images come from!"
 

— Agnès Grégoire, PHOTO Magazine


“We met Julia during the Fisheye tour in Marseilles, we saw her at the Rencontres d’Arles photography festival, and we came to her exhibition at Vichy. Julia Gat is only 19 years old, but her photographic maturity is impressive. (...) The photographs she presents about childhood - with a series about Sara, her little sister - have an enormous power and accuracy which offers attractive growth opportunities. A photographer to follow closely.” 

— Eric Karsenty, Fisheye Magazine

“Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années ! À seulement 20 ans, Julia Gat est l'une des révélations de Photo Talent Academy. Elle a été choisie parmi les nombreux postulants du concours sur le site de la Huawei Photo Academy. Son style documentaire, associé à son attrait pour l'art et la mode, fait de sa photographie un savoureux et nouveau mélange des genres. C'est d'abord son regard intimiste qui séduit, puisque c'est sa famille, notamment sa sœur Sara, qui lui sert de première modèle. Fille de chorégraphe, elle n'hésite pas à mettre à profit sa familiarité avec la mise en scène ainsi que le mouvement du corps. On découvre alors une manière singulière de voir la mode et de la photographier, à la recherche de l'humain plutôt que du style. Julia n'a jamais été formatée puisqu'elle n'a pas été scolarisée. Sa liberté provocante et l'audace de ses compositions d'images viennent peut-être de là !” 

— Agnès Grégoire, PHOTO Magazine


“On a fait sa connaissance lors du Fisheye tour à Marseille, on l’a croisé aux Rencontres d’Arles, et on a vu son exposition à Vichy. Julia Gat n’a que 19 ans, mais sa maturité photographique a quelque chose d’impressionnant. (...) Les photos sur l’enfance qu’elle présente – avec une série sur Sara, sa petite sœur – possèdent une force et une justesse qui laissent augurer de belles choses à venir. Une photographe à suivre de près.” 

— Eric Karsenty, Fisheye Magazine